Offre de formations E-Space Campus

Offre de formations en e-learning sur le campus E-Space.

Les étudiants, qui peuvent travailler ou pas sur un ou plusieurs modules, selon leurs choix de formation, sont « accompagnés » par des « enseignants/tuteurs/accompagnateurs E-Space » qui travaillent en relation étroite avec les enseignants en présentiel, dans les établissements auxquels ils sont rattachés.

La validation des contenus fait l’objet d’une concertation.

Glossaire

  • 1 Améliorer, 2 Arborescence, 3 Associer
  • 4 Cahier
  • 5 Décrire, 6 Définition, 7 Dispositif
  • 8 Échantillon, 9 Énoncé, 10 Entourage, 11 Exercice à trous
  • 12 Français, 13 Francophone
  • 14 Mémoriser, 15 Méthodologie
  • 16 Présentation
  • 17 Récapitulation, 18 Ressource, 19 Révision
  • 20 Séquence, 21 Souligner, 22 Surligner
  • 23 Transcrire, 24 Transcription
  • 25 Visionner

Glossaire en langue des signes française (LSF)

Modules d’apprentissage ouverts depuis novembre 2012

1. Module d’apprentissage de la LSF (grands débutants)

Il s’appuie sur La Mécanique du silence : film et activités pédagogiques, de Bénédicte Labaume et Brigitte Lemaine (FotoFilmEcrit) qui propose un film et de nombreuses activités pédagogiques accompagnées de clips vidéos LSF.

Actuellement, le cours d’apprentissage comprend deux niveaux : 1ère et 2ème année (correspondant « à niveau de base » et « plus avancé »).

- Contenus :

  • La Mécanique du Silence, de Brigitte Lemaine, film documentaire, conçu avec des séquences didactiques pour un apprentissage de la LSF. Les professeurs de LSF travaillent à partir de ce support et conçoivent, à partir de sa progression didactique, des séances adaptées aux besoins et à l’âge de leurs apprenants
  • en 1ère année, une diapositive reprenant après chaque cours l’ensemble du lexique étudié, ainsi qu’un « signaire », vidéo où le professeur reprend les signes du lexique étudié en cours

  • des outils en ligne (avec des liens) : dictionnaires, glossaires divers...
  • une série de diaporamas sur « langue, histoire, culture et vie sociale des sourds »
  • des lectures liées à la LSF
  • des fiches lexicologiques sur les familles morpho-sémantiques de signes
  • des fiches sur l’origine de certains des signes étudiés en cours, pour faciliter la culture et la mémorisation
  • des diaporamas de grammaire comparative du français et de la LSF
  • des exercices
  • des échanges avec les étudiants :
  • en synchrone :
    • par chat (avec des heures de permanence)
    • par visio-conférence, sur « classilio » (RV programmés à l’avance)
  • en a-synchrone :
    • sur le forum
    • via la messagerie

On peut imaginer, à terme, une mise en ligne de cours filmés (fonctionnalité tout à fait courante pour les professeurs qui utilisent E-Space, qui est une plateforme utilisée par plusieurs universités et organismes de formation).

- Critères d’évaluation

  • En présentiel : signes mémorisés, engagement corporel dans le discours, autonomie dans la prise de « parole », capacité à interagir.
  • En distanciel : auto-évaluations, tests d’entraînement ; valorisation de la fréquentation régulière du site et des échanges (chat, courriels, forum, « classilio »).

2. Module de perfectionnement de la LSF et du français écrit

Il permet, de façon individualisée, de mettre des étudiants sourds utilisateurs de la LSF en contact avec des enseignants ou tuteurs sourds, pour des échanges en classe virtuelle, en LSF ; ou, en binôme avec enseignant/tuteur entendant, pour apporter des clarifications sémantiques ou lexicales sur des éléments de cours dispensés « en présentiel » et posant de problèmes de compréhension. L’échange, individualisé, doit permettre de lever ces obstacles à la compréhension et donc de rendre « accessible » le cours.

Le niveau 2 du Cours d’apprentissage (cf. ci-dessus) peut aussi servir de base à des approfondissements, pour des personnes ayant déjà de bonnes bases en LSF.

3. Module de perfectionnement du français écrit

Il est le fruit d’un appel à projets de la DGLFLF (Délégation Générale à la Langue Française et aux langues de France), dans le cadre de sa politique linguistique et de lutte contre l’illettrisme. Ce module comporte des séquences ciblées sur des « faits linguistiques » observés dans un large corpus d’échantillons de français écrit par des personnes sourdes, et donnant lieu à des maladresses ou erreurs d’utilisation.

Chaque séquence part d’un clip LSF vidéo pour que la langue première des sourds pose clairement le contexte linguistique sur lequel reposent les activités pédagogiques.

Des diaporamas de grammaire comparative du français et de la LSF permettent de prendre la distance linguistique nécessaire pour une bonne appropriation du français écrit usuel.

Outre les activités purement linguistiques, des « Textes » sont aussi disponibles. Ils proposent des lectures complémentaires, semi guidées. De nombreuses références sont, de plus, fournies pour encourager à la lecture régulière en autonomie.

4. Module d’initiation à la LSF (BTS médico-social)

Il s’adresse à des étudiants entendants ou sourds, inscrits en BTS, dans la filière médico-sociale.

Le professeur veille au perfectionnement de la langue des signes (ces étudiants de BTS ne sont pas débutants), tout en prenant appui sur un lexique et des thématiques propres à l’orientation médico-sociale des étudiants.

5. Module « Langue, histoire, culture et vie sociale des sourds »

Ce module se compose de 7 diaporamas et de clips LSF vidéo qui mettent les problématiques de la surdité en perspective historique, culturelle et sociale.

6. Module « Entre les signes, entre les lignes, communication interculturelle » (en construction).

Ce module d’une part introduit une approche comparatiste en croisant deux langues des signes : la langue des signes française (LSF) et la langue des signes américaine (ASL) ; et deux langues écrites : le français et l’anglais.

Il va s’enrichir d’une initiation à la langue des signes américaine : on sait que la LSF et l’ASL sont dites « cousin languages » (langues cousines), depuis la rencontre historique entre Laurent Clerc et W Gallaudet. Aujourd’hui encore, des étudiants sourds américains, à Gallaudet University, apprennent la langue des signes française et le français écrit. C’est aussi le cas de Rochester University. Ceci ouvre la voie à une coopération fructueuse.

Ce module, d’autre part, a pour objectif de permettre l’immersion dans les deux langues écrites : le français et l’anglais, et d’utiliser (comme c’est le cas avec les deux langues des signes) la connaissance de l’une pour s’approprier l’autre.

7. Module d’un cours de préparation « accessible » au DCL LSF

- Présentation du DCL

Le Diplôme de Compétences en LSF est aujourd’hui le seul diplôme institutionnel existant qui s’adresse à des candidats sourds ou entendants ayant une connaissance de la langue des signes. Il est bilingue : les contenus des épreuves se répartissent entre LSF et français écrit.

Il atteste donc d’un niveau atteint dans les deux langues et répertorié sur une échelle de valeurs allant de 1 à 5 (5 : niveau supérieur) qui correspondent aux niveaux de compétences fixées par le Cadre commun européen de compétences.

Il donne aux futurs employeurs une lisibilité sur le niveau linguistique de compétences des demandeurs d’emploi. Il permet d’évaluer le niveau de ceux qui souhaitent enseigner dans les structures existantes.

Il ne se réfère à aucun programme spécifique, l’évaluation portant sur la maîtrise d’une langue de communication courante.

Tout ceci est expliqué dans les sites mentionnés.

Ce module propose un accompagnement et une préparation aux épreuves, en explicitant notamment les consignes et la logique interne du déroulé des activités demandées à partir d’un scénario initial.

- Présentation en anglais du DCL

PDF - 108.7 ko
Présentation du DCL en anglais

- Vidéo sur le DCL en LSF : http://www.education.gouv.fr

8. Module formation à la LSF pour futurs enseignants

Il s’adresse à des enseignants du primaire et du secondaire qui ont à leur charge des élèves Sourds ou qui souhaitent découvrir cette langue.

Le professeur veille à l’initiation de la Langue des Signes Française, tout en prenant appui sur un lexique et des thématiques propres à l’enseignement et aux situations de communication.

9. Langue des signes britannique pour débutants : British Sign Language (BSL) for beginners

Cette année, pour la première fois, l’UFR d’anglais de Paris-Sorbonne propose un cours d’option de BSL (/British Sign Language/), enseigné en langue des signes britannique (1h30), suivi d’une heure de cours en anglais sur les possibilités pédagogiques de l’usage symbolique du corps pour enseigner l’anglais comme langue vivante étrangère dans les lycées français. L’option est ouverte aux étudiants de 2^ème (L2) et 3^ème (L3) année inscrits en monolicence ou en bilicence à l’UFR d’anglais.

Cette option, qui correspond à deux cours qui se suivent, commence par une initiation pour grands débutants à la langue des signes britannique (lexique, syntaxe, notions de culture sourde). À partir des signes et structures appris dans le premier cours, les étudiants travailleront sur les possibilités d’exploitation de ces derniers à des fins d’enseignement de l’anglais comme langue étrangère (le public visé peut être sourd ou entendant). Dans ce cours, la langue des signes est considérée comme un *facilitateur d’apprentissage de la LV1 correspondante* (ici BSL-anglais).

L’ambition du second cours, axé sur l’expérimentation pédagogique, est également d’aller au-delà de la seule sollicitation des signes de la BSL. Toute utilisation symbolique (et pertinente) du corps que les étudiants choisiront (parmi des disciplines aussi variées que la danse, le mime, le théâtre physique en général, les arts martiaux, etc.) sera étudiée du point de vue des possibilités qu’elle offrira dans la facilitation de l’apprentissage de l’anglais LV1. L’enseignant se situe pour ce faire dans le droit fil des travaux de Jean-Rémi Lapaire, auteur de /La Grammaire//anglaise en mouvement/ (Hachette Éducation, 2005), livre trouvant son jumeau chorégraphié dans un DVD, /Grammar in Motion/, où l’on voit une troupe de danseurs professionnels représenter avec leur corps des phénomènes très abstraits de la grammaire anglaise.

Ce cours ouvert en présentiel à la Sorbonne en février 2014 est mis à disposition en distanciel sur E-Space depuis début mars 2014.

- *Présentation en langue anglaise*

PDF - 290.5 ko
British_Sign_Languag­e_Presentation_en_la­ngue_anglaise.pdf

10. Cours de préparation au CAPES LSF

Ce module met à disposition des candidats au concours du CAPES LSF l’ensemble du cours élaboré pour le CNED, qui a permis leur réussite à plusieurs des lauréats du concours.

Le cours comprend une vaste introduction composée d’un corpus de publications en rapport avec les problématiques des programmes culturels d’enseignement de la LSF pour les lycées auxquels sont adossés les programmes du CAPES. Il s’agit de publications d’universitaires spécialistes de ces questions. Elles offrent une pluralité de points de vue et tiennent lieu de cours magistral.

La préparation aux épreuves d’admissibilité offre de très nombreux exercices autocorrectifs sur le commentaire : quatre séquences d’entraînement au commentaire de texte s’organisent autour des thèmes de l’histoire et du statut de la LSF, de la communication, des relations entre Sourds et entendants et de l’éducation des Sourds.

La préparation à l’épreuve de compréhension-restitution en français d’un document en LS-vidéo pourra utilement s’appuyer sur les exercices fournis pour la précédente épreuve de traduction. En effet, les traductions d’une bonne vingtaine de documents en LS-vidéo sont toutes accompagnées de nombreuses notes qui explicitent les choix de transposition en français de l’information reçue en LSF. À ce titre, cette partie du cours permet de bien se préparer au nouvel exercice introduit par la nouvelle maquette du concours du CAPES à partir de l’année 2014, en proposant une réflexion sur le transfert d’une langue à l’autre à partir de certains points saillants du document en LS-vidéo.

Les futurs candidats qui suivront cette préparation sur E-Space Campus pourraient être aussi inscrits au module de remédiation du français écrit. Il apporte des exercices de remise à niveau linguistique (un bon français écrit est nécessaire), mais aussi des éclaircissements comparatifs sur le fonctionnement des deux langues, LSF et français écrit.

Pour se préparer aux épreuves d’admission, un corpus de documents textuels et iconographiques est fourni et mis en œuvre dans de nombreuses séquences, pour s’entraîner d’une part à la « leçon portant sur les programmes des classes de collèges et de lycées » et à l’exploitation de pistes didactiques et pédagogiques ; et d’autre part à l’épreuve sur dossier en langue des signes française.

Le module permet une auto-formation, mais des personnes-ressources sont aussi à disposition des candidats pour les aider dans leur progression. Pour s’inscrire, se renseigner, sans tarder, auprès du secrétariat du consortium L@CCES.